Skip to content
logo-fccf
logo-fccf

Quoi de neuf!

Renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada :  les recommandations concrètes et détaillées de la FCCF trouvent leur écho auprès du CRTC
Comparution de Marie-Christine Morin et Martin Théberge, directrice générale et président de la FCCF, devant le CRTC, le 26 janvier 2021, pour le renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada
Renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada : les recommandations concrètes et détaillées de la FCCF trouvent leur écho auprès du CRTC
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
27 janvier 2021

Après passage devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes de deux de ses membres, l’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick (AAAPNB) et l’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC), la Fédération culturelle canadienne-française a comparu ce mardi 26 janvier 2021, pour le renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada, en réponse à l’avis de consultation de radiodiffusion CRTC 2019-379.

Dans leur allocution, Marie-Christine Morin et Martin Théberge, respectivement directrice générale et président de la FCCF, ont fait part de l’appui de la Fédération au renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada. Toutefois, un important coup de barre s’impose, et la FCCF indique le soulever depuis des décennies comme la grande majorité des organismes de la francophonie canadienne et acadienne qui ont comparu. Il faut accroître le reflet de la diversité des expressions culturelles francophones de partout au pays sur l’ensemble des plateformes de Radio-Canada, plateformes numériques comprises, à l’antenne nationale et aux heures de grande écoute.

Cette volonté qu’il est grand temps de concrétiser du côté du seul télédiffuseur public national de langue française, doit se matérialiser à travers un plan d’action co-développé avec les organismes membres de la FCCF. “En plus de demeurer à l’écoute et de voir à refléter davantage nos identités et contenus culturels de nos communautés francophones en situation minoritaire, Radio-Canada doit pouvoir mesurer et démontrer son impact”, a souligné le président de la FCCF, Martin Théberge lors de la comparution de la Fédération devant le CRTC.

Lors de cette même allocution, la directrice générale de la FCCF, Marie Christine Morin, a rappelé que dans son mémoire, la FCCF demande à Radio-Canada de :

  • Se donner un plan d’action précis à l’endroit des communautés francophones en situation minoritaire, un plan co-développé avec les organismes membres de la FCCF pour miser pleinement sur les expertises en place ;
  • Recueillir, analyser et fournir des données fiables et précises concernant les communautés francophones en situation minoritaire de manière continue, afin d’opérer la planification et la prise de décisions ;
  • Se doter d’un outil d’analyse différenciée francophone (ADF) qui permettrait à Radio-Canada d’évaluer l’incidence de ses programmes, de ses politiques et de ses décisions sur la vitalité de notre francophonie en milieu minoritaire.

La FCCF considère par ailleurs que Radio-Canada doit faire aussi plus et mieux pour encourager davantage la production de contenu original en français par des producteurs indépendants issus de la francophonie canadienne et acadienne. La FCCF demande ainsi au diffuseur public national de consacrer au moins 9% des dépenses totales d’émissions indépendantes du réseau et des plateformes à des producteurs indépendants hors Québec.

La FCCF a bon espoir de voir ses recommandations prises en compte pour poursuivre la dynamique collaborative initiée avec Radio-Canada, notamment à travers l’Entente de collaboration qui scelle la détermination de la Fédération et de son partenaire de longue date d’œuvrer pour favoriser le développement des arts et de la culture des communautés francophones en situation minoritaire.

Conformément aux directives de santé publique fédérales et provinciales, les bureaux de la FCCF sont fermés jusqu’à nouvel ordre. L’équipe du bureau national de la Fédération demeure joignable par courriel, téléphone et via son site web.