45e assemblée générale annuelle : une nouvelle présidence à la FCCF et des avancées historiques pour nos milieux

Les membres de la Fédération culturelle canadienne-française ont élu une nouvelle présidente lors de leur 45e assemblée générale annuelle, le 8 juin 2022. Nancy Juneau, bien connue dans le milieu des arts et de la culture, prend la barre du conseil d’administration pour un mandat de 3 ans.

Militante et femme d’action engagée dans une panoplie de projets en francophonie canadienne et acadienne, Nancy Juneau succède à Martin Théberge, président de la FCCF pendant 7 ans, et à Josée Théberge, présidente intérimaire, qui ont tous deux accompli leur mandat avec brio. Elle saura à coup sûr guider l’organisation dans la réalisation de sa vision et de sa mission, et faire avancer les dossiers prioritaires de ses membres et de notre secteur.

« Alors que la société aborde souvent les arts et les activités culturelles comme un dessert dont on peut se priver, ils sont, à mon avis, le plat de résistance, surtout en milieu minoritaire francophone. C’est cette conviction profonde qui constituera le fil d’Ariane de mon engagement au sein de la FCCF », a indiqué Nancy Juneau suite à son élection.

Une année historique pour nos membres et notre écosystème

Cette année, la FCCF et ses membres ont réalisé des progrès majeurs sur le plan législatif, en faisant inclure les réalités et les besoins de nos milieux dans le texte de deux projets de loi, en voie d’être adoptés. La Loi sur les langues officielles reconnaîtra les arts et la culture en tant que secteur essentiel, et la Loi sur la radiodiffusion favorisera, entre autres, la diffusion de contenus francophones et la visibilité de nos créations culturelles.

Le laboratoire d’éducation artistique La ruchée a célébré les résultats de sa première phase de deux ans. Ses 7 équipes innovantes ont produit pas moins de 6 prototypes de services visant la rétention et le recrutement d’enseignantes et enseignants en arts. Ces solutions inédites ouvrent la porte à de nombreuses avenues pour favoriser le maillage des secteurs artistiques et éducatifs, dont plusieurs sont déjà à l’étude dans les institutions d’enseignement.

Faisons rayonner nos réalisations collectives!

Rejoins-moi à la FCCF-Ville!

Ce n’est là qu’un échantillon des éclatantes réalisations de cette année. La Fédération vous invite à les découvrir toutes et à les faire rayonner grâce un outil exceptionnel : une page web animée à partager largement dans nos réseaux. 

Faisons briller nos actions! Notre soutien actif et concret à notre écosystème est la plus belle marque de reconnaissance que nous pouvons lui offrir en ces temps difficiles, et la meilleure manière de susciter l’adhésion aux priorités de notre secteur.

Explorez la FCCF-Ville et invitez votre réseau à la visiter!

Partageons nos réalisations!

 

Revivez les moments forts de l’assemblée générale

 

Pour plus d’information :

Manon Henrie-Cadieux
Relations gouvernementales et partenariats stratégiques
strategies@fccf.ca

Budget fédéral 2022 : La saine relance des arts et la culture demeure hors d’atteinte

La FCCF s’inquiète de la reconstruction du milieu et surtout du sort des artistes et des travailleurs

La vice-première ministre et ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland, a livré le budget fédéral en ce jeudi 7 avril 2022. Pour la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF), force est de constater que le secteur des arts et de la culture n’est pas suffisamment mis de l’avant dans ce budget axé sur les grands enjeux socioéconomiques du pays. Une vision à plus long terme pour favoriser la reconstruction durable du secteur est nécessaire.

Des investissements modestes pour un secteur en crise

Les investissements du gouvernement dans son budget pour le secteur des arts et de la culture sont insuffisants par rapport à l’ampleur de la crise qui continue de sévir dans nos milieux. Plusieurs pans du secteur artistique sont laissés pour compte face aux défis profonds d’une relance viable.

« Le secteur des arts et de la culture en francophonie canadienne n’est toujours pas relevé de la pandémie. La relance économique ne peut se faire sans nos travailleuses et travailleurs. La contribution essentielle des artistes et des travailleurs du milieu culturel est autant sociale qu’économique. Ils agissent directement sur la santé et le mieux-être de la population canadienne. Le temps est venu de replacer les arts et la culture au cœur du projet de société et parmi les moteurs de la relance. »

Josée Théberge, présidente intérimaire de la Fédération culturelle canadienne-française

Une vision à long terme est nécessaire pour la relance économique du secteur artistique et culturel

 Les aides de Patrimoine canadien au secteur qu’ont été les Fonds de relance et de réouverture pour les secteurs des arts, de la culture, du patrimoine et du sport ainsi que le Fonds pour la résilience des travailleurs du secteur des spectacles sur scène du Canada auront été une bouée de sauvetage pour nos organismes artistiques et culturels qui continuent d’encaisser les contrecoups des vagues subséquentes de la pandémie.

« L’ensemble des aides gouvernementales consenties jusqu’ici nous ont permis tant bien que mal de nous accrocher, de redoubler d’ingéniosité et de tenter – plutôt mal – de pallier la précarité d’emploi de nos artistes et travailleurs, mais le soutien se termine cette année. Sur le terrain, nos gens parlent de plus en plus de trois longues années avant de pouvoir se remettre de la crise. »

Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF

Parmi les mesures législatives, nous saluons l’engagement du gouvernement de moderniser la Loi sur le droit d’auteur ainsi que la Loi sur l’assurance-emploi. Il s’agit pour nous de travaux préliminaires visant à assurer un filet social plus inclusif et équitable pour les artistes et les travailleurs culturels. Nous prévoyons que ces thèmes seront à l’ordre du jour des discussions lors du prochain Sommet national sur la relance des secteurs des arts, de la culture et du patrimoine.

Les arts et la culture au cœur d’une réflexion sur l’éducation postsecondaire en français

Mémoire FCCF | en suivi aux États généraux sur le postsecondaire

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) dépose aujourd’hui son mémoire intitulé Les arts et la culture au cœur d’une réflexion sur l’éducation postsecondaire en français, à la suite des États généraux sur l’avenir du postsecondaire en contexte francophone minoritaire.

Elle y demande une meilleure reconnaissance du rôle fondamental des institutions postsecondaires dans le développement du milieu des arts et de la culture des communautés francophones en situation minoritaire (CFSM).

« Outre la formation professionnelle des artistes, les établissements d’enseignement postsecondaire doivent accentuer la formation d’enseignants dans le champ de l’éducation artistique et, plus largement, jouer un rôle accru dans la vie artistique et culturelle environnante. »

« La vision de la consolidation et du développement du postsecondaire francophone en contexte minoritaire doit être ancrée dans un projet francophone plus large. »

Mémoire FCCF, avril 2022, p. 7. & p.12

C’est avec cette intention qu’elle dépose son mémoire aux organismes co-organisateurs, soit l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC) et la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada.

La FCCF s’engage à collaborer pour mettre en œuvre les suivis aux États généraux

En tant que voix politique des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne, la FCCF s’est aussitôt ralliée à l’objectif des États généraux sur le postsecondaire de « faire le point sur la situation […] afin de trouver des solutions cohérentes, systémiques et durables pour assurer la pérennité de ce secteur. » (Site officiel des États généraux)

Forte de la relation et des liens de travail solides qu’elle a tissés avec les milieux scolaires grâce au succès de son programme PassepART et de son projet de laboratoire d’éducation artistique La ruchée, la FCCF s’engage, au nom du secteur des arts et de la culture, à concrétiser les suivis ressortis des États généraux.

« Déjà, la FCCF mobilise les expertises de son réseau et investit efforts et ressources à la mise en œuvre des suivis aux États généraux. Elle exprime son engagement à promouvoir l’éducation artistique en français au cœur de la construction identitaire, à aider au recrutement d’étudiants dans les programmes de formation en arts et à mettre sur pied un centre d’expertise pour offrir des services en appui à l’enseignement des arts et par les arts en français. »

— Marie-Christine Morin, directrice générale

L’enseignement postsecondaire est un maillon clé du continuum en éducation et pour la « complétude institutionnelle ». Il est indispensable au développement et à la pérennité des communautés francophones en situation minoritaire (CFSM). Il est temps de consolider son rôle de pilier dans nos régions et de participer à la création de véritables « pôles culturels » francophones.

La FCCF salue la nouvelle Politique du Québec en matière de francophonie canadienne qui resserre les liens entre les milieux artistiques et culturels francophones au Canada

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) accueille avec enthousiasme la nouvelle Politique du Québec en matière de francophonie canadienne dévoilée hier dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie. Cette annonce par la ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Mme Sonia Lebel, survient après un processus de consultation soutenu entourant le renouvellement de cette politique dans lequel la FCCF s’est impliquée activement. 

« Le lancement et la mise en œuvre de la nouvelle Politique du Québec en matière de francophonie canadienne marquent un important chapitre, dans lequel s’inscrit la culture. Comme la dernière mouture remontait à 2006, il était crucial, dans cette révision, d’aspirer à faire de la culture un véhicule d’unité des francophonies. La FCCF est fière de son implication dans toutes les étapes du processus menant au renouvellement de cette politique et ravie d’avoir reçu une écoute active. Nous avons le sentiment d’avoir été entendus et d’être au cœur de l’action », déclare Josée Théberge, présidente intérimaire de la FCCF. 

La FCCF, partenaire privilégié de mise en œuvre du plan d’action

La politique modernisée s’accompagne d’un plan d’action qui répondra aux besoins concrets des communautés francophones et acadiennes d’un bout à l’autre du pays et à certaines demandes exprimées par celles-ci. Parmi les actions concrètes, on compte la mise en place de l’Accélérateur TADA, une initiative portée par la FCCF, dont l’objectif vise à resserrer les liens entre les milieux artistiques et culturels francophones au Canada.  

« La FCCF est heureuse de figurer parmi les partenaires privilégiés de mise en œuvre de la nouvelle Politique du Québec en matière de francophonie canadienne par l’entremise de l’Accélérateur TADA. Ce projet s’inscrit dans une ère nouvelle de collaboration. Il misera sur le partage continu de connaissances et de pratiques innovantes pour construire un écosystème artistique et culturel pancanadien inclusif, coopératif, accessible et durable », conclut Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF. 

L’Accélérateur TADA : une initiative porteuse pour les arts et la culture en français au Canada

L’Accélérateur TADA est un carrefour de collaboration artistique et culturel qui favorise un dialogue continu et la multiplication des projets communs entre les francophonies du Canada, de l’Acadie et du Québec.

En plus d’animer des espaces de discussion en mode cocréation, l’Accélérateur TADA accompagne, bonifie et transforme des prototypes en projets concrets qui rassemblent le secteur des arts et de la culture francophones à travers tout le pays.

Cette initiative vise plusieurs objectifs :

  • Construire un écosystème artistique et culturel pancanadien inclusif, coopératif, innovant, accessible et durable.
  • Fournir aux artistes et aux travailleur.se.s culturel.le.s des outils adaptés, et animer des rendez-vous récurrents afin d’engager leurs forces créatives dans un esprit de réciprocité.
  • Mettre de l’avant la mutualisation des connaissances et des ressources pour développer des projets communs en arts et en culture qui visent le rapprochement des francophones de partout au Canada.

Pour plus d’informations et pour les demandes d’entretien

Sven Buridans
Gestionnaire de projet pour l’Accélérateur TADA
Sven.Buridans@fccf.ca

La FCCF célèbre le Mois de la Francophonie et annonce le dévoilement des résultats de son nouveau laboratoire d’éducation artistique La ruchée !

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) est heureuse d’annoncer le dévoilement des résultats de la toute première phase de son laboratoire d’éducation artistique La ruchée, lors d’un événement de célébration en mode virtuel le 29 mars à 16h HNE. 

Né d’une conviction et d’un espoir, le laboratoire d’éducation artistique La ruchée a mobilisé au cours des derniers mois une soixantaine d’acteurs et d’actrices clés du domaine des arts, de la culture et de l’enseignement, venant des quatre coins du pays pour renforcer l’enseignement des arts en français dans la francophonie en contexte minoritaire. 

L’objectif de cette initiative novatrice est de consolider une expertise nationale en enseignement des arts en français au Canada. Par l’entremise de ses travaux sur le soutien à l’enseignement des arts et par les arts, l’appui pour faciliter la participation des artistes à l’enseignement des arts, et l’expérimentation de concepts testés sur le terrain et la mobilisation des connaissances, la FCCF souhaite ardemment poursuivre son travail autour de ces 3 axes d’intervention. 

«La FCCF a la conviction que les arts et la culture, parce qu’ils sont essentiels à l’épanouissement des communautés francophones, doivent trouver une place pérenne au sein de l’école. Le laboratoire d’éducation artistique La ruchée a permis d’aborder la question de la pénurie et de la rétention des enseignantes et des enseignants en art. Nous avons mobilisé des personnes issues des milieux scolaire, artistique et culturel de partout au pays pour trouver des solutions concrètes afin de répondre à ces défis et de faire une différence dans cet écosystème complexe. Nous avons ouvert un nouveau chapitre pour l’enseignement des arts en français au Canada.»

Marie-Christine Morin, directrice générale, Fédération culturelle canadienne-française

Nous vous invitons à être des nôtres en grand nombre pour découvrir ce formidable projet le 29 mars prochain, de 16h à 17h HE 

Pour rejoindre l’événement : https://bit.ly/34Kf6Fm

 

Ce projet a été rendu possible grâce au gouvernement du Canada.

 

 

Au sujet de la FCCF 

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) est l’unique voix politique des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne. Référence incontournable sur les plans politique et communautaire, elle positionne depuis plus de 40 ans le secteur des arts et de la culture comme moteur essentiel de vitalité et d’épanouissement de nos communautés. La Fédération rassemble 22 membres chefs de file à travers le Canada : 13 organismes provinciaux et territoriaux qui contribuent au développement culturel et artistique de leur région, 7 organismes représentant – à l’échelle nationale – les arts médiatiques, les arts visuels, la chanson et la musique, l’édition, le théâtre, ainsi qu’un regroupement de la diffusion des arts de la scène et une alliance de radios communautaires. Elle est aussi fière de coordonner le programme national de microfinancement PassepART. 

Au sujet de La ruchée 

La ruchée se définit comme un laboratoire d’éducation artistique bourdonnant d’idées. Depuis 2020, en son essaim impliquant plus de 60 personnes réparties en 7 équipes performantes, La ruchée fait jaillir des solutions innovantes pour pallier le manque criant d’enseignantes et d’enseignants spécialisés dans le milieu des arts en français au Canada. 

Facebook | Instagram | Twitter | Vimeo 

 

Relations avec les médias

Cindy Blanchette

Cindy Blanchette Communications
cindycommunications@gmail.com
514 601-6296

Nathalie Vital

vitalnat@hotmail.com
514 462-1618

La FCCF salue le dépôt du projet de loi C-13 et se retrousse les manches pour les arts et la culture !

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) salue le dépôt de ce projet de loi historique à la Chambre des communes ce mardi 1er mars 2022.

La modernisation de la Loi sur les langues officielles ou Loi modifiant la Loi sur les langues officielles, édictant la Loi sur l’usage du français au sein des entreprises privées de compétence fédérale et apportant des modifications connexes à d’autres lois concrétise l’intention du gouvernement et son engagement des derniers discours du Trône, dont le besoin crucial d’appuyer les communautés francophones en situation minoritaire et de protéger et promouvoir la langue et la culture françaises partout au Canada.

« On se doit de reconnaître le rôle crucial que le gouvernement fédéral peut et doit jouer en matière de la protection des communautés de langue officielle en situation minoritaire. C’est un devoir que je tiens personnellement à cœur », a souligné de son côté Ginette Petitpas-Taylor, première ministre acadienne des Langues officielles, sur le site historique national de Grand-Pré. Cet endroit, dit-elle « nous rappelle la fragilité de nos communautés, des défis auxquels nous avons fait face et les batailles que nous avons livrées afin de protéger notre langue et notre culture ».

Une avancée encourageante pour l’inclusion de la culture dans la Loi

Le travail assidu de la FCCF et du réseau de ses membres à travers le pays a porté ses fruits.

« Nous avons été entendus sur le lien indissociable entre langue et culture, ainsi que sur l’importance fondamentale du secteur artistique et culturel pour la vitalité des communautés francophones en situation minoritaire au pays. Autre gain avec le projet de loi C-13, l’engagement du gouvernement à favoriser l’épanouissement de nos communautés et à appuyer leur développement, compte tenu de leur caractère unique et pluriel et de leurs contributions historiques et culturelles à la société canadienne. De plus, le projet de loi fait directement référence à l’obligation des institutions fédérales de veiller à prendre des mesures positives en appui à la culture francophone au Canada, à son développement et à sa promotion », se réjouit Josée Théberge, présidente intérimaire de la FCCF.

La FCCF continue de veiller au grain, le processus parlementaire ne fait que commencer

D’ici à l’adoption formelle de ce projet de loi prioritaire, la Fédération culturelle canadienne-française continuera à participer de manière active et diligente au processus parlementaire pour défendre les besoins et les aspirations de l’écosystème des arts et de la culture en francophonie canadienne et acadienne.

« Il y a encore du travail important à faire droit devant. Nous avons l’épaule à la roue. La Loi sur les langues officielles doit favoriser l’accès de nos gens à leur culture et prévoir des mesures positives qui permettent de consolider et de propulser le développement culturel durable des communautés francophones en situation minoritaire au Canada », conclut Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF.

Il s’agit d’un rendez-vous avec l’histoire. En tant que porte-parole des arts et de la culture, la FCCF sera rigoureuse et systématique dans son approche.

La FCCF applaudit la réintroduction du projet de loi sur la radiodiffusion

Ottawa, le 2 février 2022 – La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) accueille avec enthousiasme le projet de loi C-11 — Loi sur la diffusion continue en ligne, déposé le 2 février 2022 à la Chambre des communes. Elle salue la détermination du gouvernement, qui a respecté ainsi son engagement à présenter cette nouvelle mouture dans les 100 premiers jours de son mandat.

Attendue depuis plus de 30 ans, cette modernisation du système canadien de la radiodiffusion est cruciale pour le maintien de l’identité et de la souveraineté culturelles.

Ce projet de loi « […] vise à appuyer nos créateurs, nos artistes, nos artisans, parce que ce qu’on produit chez nous est absolument extraordinaire. […] On va s’assurer d’avoir un système qui est équitable », a affirmé Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien, lors de la conférence de presse qui a suivi le dépôt de la Loi.

La FCCF constate avec fierté que cette nouvelle mouture reflète la majorité des amendements qu’elle avait proposés au précédent projet de loi sur la radiodiffusion.

« Nous sommes heureux de constater que notre travail a porté ses fruits. Désormais, le système canadien de radiodiffusion tient compte des besoins et intérêts de nos communautés francophones en situation minoritaire. Il en va de notre capacité à se voir, à s’entendre, à créer, à produire en français et à accéder à ces contenus francophones partout au pays », souligne Josée Théberge, présidente intérimaire de la FCCF.

La Fédération continuera son important travail auprès du Comité du patrimoine canadien afin que le projet de loi C-11 favorise le soutien au contenu original francophone et assure la pleine reconnaissance des réalités propres aux communautés francophones en situation minoritaire.

– 30 –

Pour plus d’information et pour les demandes d’entretien :

Martin Kreiner
Agent de marketing et contenus
communications@fccf.ca

Le Forum virtuel 2021 connaît un franc succès

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) est fière d’annoncer le succès de son Forum virtuel 2021 – Cultiver l’art en tant que service essentiel, qui s’est tenu les 1er et 2 décembre 2021. Pour une deuxième année, le Forum virtuel présentait un volet ouvert à tous, axé sur une conférence de la journaliste culturelle Émilie Perreault, en plus du volet réservé à ses membres.

Un succès auprès du grand public

Plus d’une centaine de personnes de partout au Canada ont assisté à la conférence d’Émilie Perreault, le 1er décembre. « Nous sommes fiers d’avoir réuni des spectateurs de toutes les provinces et territoires du Canada, à l’exception du Nunavut. La réussite de notre volet ouvert à tous confirme la pertinence du rôle d’éducation et de sensibilisation du grand public que nous développons davantage depuis les débuts de la pandémie », déclare Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF.

Lors de ce premier événement, animé par la productrice Mathilde Hountchégnon, l’auteure et chroniqueuse culturelle Émilie Perreault a présenté sa conférence Faire œuvre utile : quand l’art répare des vies. Elle a notamment fait valoir l’importance de l’art comme service essentiel, et la nécessité de l’intégrer dans notre quotidien. « Dans nos vies, quand il n’y a rien d’autre et qu’on a besoin d’une bouée, c’est souvent l’art qui nous aide », a soutenu la conférencière.

De vibrants témoignages

Lors de la période de questions, quatre membres et partenaires de la FCCF ont soulevé des enjeux criants.

  • Alain Richard, enseignant à l’École publique de la Découverte, en Ontario, a notamment souligné l’importance d’accorder une plus grande place aux arts dans nos écoles. Grâce à son implication dans le projet La ruchée, le laboratoire d’éducation artistique virtuel de la FCCF, il a observé des retombées positives réelles sur le cheminement de ses élèves.
  • Josée Thibeault, auteure et metteuse en scène albertaine, a quant à elle relevé l’urgence de développer un système d’assurance-emploi pour les artistes, dont le métier est souvent précaire.
  • Pour Trevor Murphy, gérant de la maison de disques Acadian Embassy, en Nouvelle-Écosse, les gouvernements devraient investir davantage dans le soutien et l’exportation des créateurs émergents, afin d’assurer une relance efficace du secteur artistique et culturel.
  • Enfin, Michel Vallée, président de Culture pour tous, organisme québécois partenaire de la FCCF, a souligné l’impact positif de la pandémie sur la perception de l’artiste, désormais vu comme un acteur sociétal valorisé.

En réponse à ces interventions, Émilie Perreault a notamment mentionné que la sensibilisation de la population et des gouvernements suscite des réflexions en profondeur et, par conséquent, des changements. Au-delà des ministères dont le mandat est lié aux arts et à la culture, elle souligne qu’il est essentiel d’interpeller l’ensemble des ministères pour que s’opère une réelle prise de conscience politique et collective. Elle évoque aussi l’importance de faire plus de place aux arts dans le cursus général scolaire, d’avancer vers une meilleure reconnaissance du travail de l’artiste et de réaliser des investissements plus ciblés pour faciliter l’exportation culturelle et la rétention des artistes.

« La FCCF est arrivée aux mêmes constats. Tous ces enjeux nécessitent une plus grande attention des conseils scolaires et des décideurs politiques, estime Josée Théberge, présidente intérimaire de la FCCF. Nous continuerons de nourrir ces conversations cruciales dans le débat public et dans notre milieu, en vue d’obtenir des avancées concrètes pour le secteur des arts et de la culture. »

Pour découvrir les témoignages complets et les réponses d’Émilie Perreault, nous vous invitons à consulter la page Forum virtuel 2021.

Un milieu de travail sain

Le deuxième volet du Forum, le 2 décembre, a convié les 22 organismes membres de la FCCF à un atelier interactif sur la santé psychologique en milieu de travail.

Animé par Mireille Demers, professeure de psychologie à l’Université de Moncton, l’atelier avait pour objectif de démystifier les enjeux professionnels liés aux changements, de trouver des stratégies efficaces pour surmonter les défis et de réfléchir à l’élaboration d’un plan d’action afin de rester sain et performant.

« Plusieurs acteurs du secteur se sont sentis à bout de souffle et dans l’incertitude face à la pandémie. Or, ce sont eux qui ont assuré une offre culturelle constante et diversifiée. L’atelier a permis de mieux outiller nos directions générales pour favoriser un meilleur équilibre, adopter de saines habitudes de vies et renforcer les pratiques bienveillantes en milieu de travail », conclut Marie-Christine Morin.

La FCCF mettra en place l’Accélérateur TADA!, un carrefour de collaboration artistique et culturelle en francophonie canadienne

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) et le Secrétariat du Québec aux relations canadiennes (SQRC) annoncent une initiative conjointe pour resserrer les liens entre les milieux artistiques et culturels francophones au Canada : l’Accélérateur TADA!. Ce carrefour de collaboration artistique et culturel favorisera un dialogue continu et la multiplication des projets communs entre les francophonies canadiennes.

La FCCF est fière de figurer parmi les organismes choisis par le SQRC pour mettre en œuvre les orientations de la nouvelle politique du Québec en matière de francophonie canadienne. L’Accélérateur TADA!, proposé par la FCCF, fait partie des actions concrètes dévoilées aujourd’hui par Mme Sonia Lebel, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, pour encourager le rapprochement des francophonies canadiennes et le rayonnement du français au Canada.

« Je salue l’écoute proactive du Gouvernement du Québec, de la ministre Lebel et du Secrétariat lors du Sommet sur le rapprochement des francophonies canadiennes. Pendant cette rencontre, les participant.e.s ont réitéré haut et fort leur besoin croissant de partage et de collaboration entre le Québec et les communautés francophones d’ailleurs au Canada. Le secteur des arts et de la culture est idéal pour continuer à bâtir et à renforcer les ponts entre les francophonies. Avec l’Accélérateur TADA!, la FCCF entre dans une nouvelle ère de consolidation des relations entre les francophones au Canada, vers l’atteinte d’objectifs communs », déclare Josée Théberge, présidente intérimaire de la FCCF

De TADA! à l’Accélérateur TADA!

Au printemps 2021, en partenariat avec le Conseil québécois du théâtre, la FCCF a lancé la Table sur l’avenir des arts (TADA!), un espace de réflexion et de conversation pour parler du futur des arts et de la culture, de leur rôle et de leur place dans la société. L’initiative prenait la forme d’ateliers de codesign, réunissant des artistes et professionnel.le.s de la culture francophone dans tout le Canada. Les résultats de TADA! ont mis en lumière la vision porteuse et inspirante de cette vaste collectivité, et son vif désir de multiplier les collaborations à travers le pays.

Carrefour de collaboration artistique et culturelle entre les francophonies canadiennes, l’Accélérateur TADA! vient répondre à ce besoin. Il vise à soutenir les membres de sa communauté et à lui donner des moyens d’action pour construire un écosystème artistique et culturel pancanadien inclusif, coopératif, innovant, accessible et durable.

Dès janvier 2022, la FCCF prévoit l’embauche d’un agent ou d’une agente de liaison et de développement qui mettra en place un ensemble d’outils numériques et des rendez-vous réguliers. Grâce à ces ressources, l’Accélérateur permettra les échanges en continu, facilitera les mises en relation, fera émerger les collaborations et favorisera le partage de connaissances et de pratiques.

« Avec l’Accélérateur TADA!, la FCCF et le SQRC donneront aux artistes et aux travailleurs culturels les outils et les opportunités pour combiner leurs forces, leur créativité et leurs connaissances. Ces possibilités de collaborations sont infinies. Elles ouvriront sur un secteur plus fort et plus diversifié, et sur un sentiment d’appartenance renouvelé qui rapprochera les francophonies canadiennes », conclut Marie-Christine Morin, directrice générale de la FCCF.

La Fédération culturelle canadienne-française

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) est l’unique voix politique des arts et de la culture de la francophonie canadienne et acadienne. Référence incontournable sur les plans politique et communautaire, elle positionne depuis plus de 40 ans le secteur des arts et de la culture comme moteur essentiel de vitalité et d’épanouissement de nos communautés.

La Fédération rassemble 22 membres chefs de file à travers le Canada, soit :

  • 13 organismes provinciaux et territoriaux qui contribuent au développement culturel et artistique de leur région,
  • 7 organismes nationaux représentant les arts médiatiques, les arts visuels, la chanson et la musique, l’édition et le théâtre,
  • 1 regroupement de diffusion des arts de la scène,
  • 1 alliance de radios communautaires.

-30-

Pour plus d’information et pour les demandes d’entretien :

Martin Kreiner
Agent de marketing et contenus
communications@fccf.ca

Un discours du Trône qui s’inscrit dans la continuité

La Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) salue la continuité des engagements énoncés dans le discours du Trône présenté par Son Excellence, la gouverneure générale Mary Simon.

De sa double lentille – sectorielle et linguistique –, la Fédération est rassurée par les mentions de nouvelles lois sur la radiodiffusion et sur les langues officielles. Déjà bien positionnée dans ces dossiers, la Fédération culturelle salue l’engagement renouvelé du gouvernement de prioriser ces projets de loi. La refonte de la Loi sur la radiodiffusion et la modernisation de la Loi sur les langues officielles (LLO) sont de la plus haute importance pour la vitalité de la francophonie canadienne et acadienne.

Nous sommes heureux d’entendre, dans ce discours du Trône, que nous pourrons continuer à bâtir sur le travail rigoureux que nous avons fait jusqu’ici. Le système canadien de la radiodiffusion doit pleinement tenir compte des enjeux et des réalités propres à la francophonie en milieu minoritaire. Pour ce qui est de la modernisation de la LLO, elle doit reconnaître le lien indissociable entre langue et culture ainsi que le rôle essentiel de nos réseaux et de nos institutions locales. Le secteur des arts et de la culture fait partie des moteurs de la relance pour une économie résiliente qui profite à tous. Un meilleur accès de nos artistes et travailleurs au filet de sécurité canadien ainsi qu’une plus grande valorisation sociale et économique de leurs métiers seront déterminants pour l’avenir.  On attend de pied ferme la concrétisation des engagements du gouvernement vis-à-vis de notre écosystème en francophonie canadienne.
– Josée Théberge, présidence intérimaire de la FCCF

À titre de rappel, la FCCF portait trois demandes principales lors de la dernière élection. Premièrement, assurer aux artistes et aux travailleurs culturels l’accès à une forme de revenu stable en temps de pandémie et au-delà de la crise sanitaire, ainsi qu’à un filet social plus inclusif. Deuxièmement, le dépôt d’un projet de loi pour la refonte du système de la radiodiffusion et finalement, une modernisation de la Loi sur les langues officielles qui tient compte de la culture et de l’accès à celle-ci en français partout au pays.

Le signal que donne le gouvernement sur ses intentions est de bon augure. La valeur refuge que procurent les arts et la culture à l’ensemble de la société en contexte de pandémie, et de manière encore plus vitale pour le développement et l’épanouissement de la francophonie, mérite d’être soutenue de façon pérenne. Il est ici question du mieux-être des individus en même temps que de la relance économique du pays.
– Marie-Christine Morin, direction générale de la FCCF

La FCCF continuera à participer de manière active au processus législatif parlementaire sur ces enjeux et à représenter fidèlement les besoins de l’écosystème qu’elle représente, jusqu’à l’adoption formelle de ces projets de loi prioritaires.

-30-